Équilibre entre rallye automobile et environnement ?!

Entre « Hautes-Alpes terre de rallye » et « Protégeons notre environnement » que choisir ? Et s’il ne fallait pas choisir ? L’opération lancée par Alpes Rallye Clean, « Des arbres pour le Monte Carlo », a pour vocation de contrebalancer les émissions de CO2 du rallye de Monte Carlo passant par les Hautes-Alpes par la plantation d’arbres : 665 en 2018 !

Mobilisation locale pour une compensation locale

Le 20 octobre 2017 naissait l’association Alpes Rallye Clean. « Ce fut d’abord 7 amis amoureux de notre territoire, lance le Président Marc Durand en cette fin d’après-midi du 26 octobre sur le parvis de l’Hôtel du Département à Gap. Nous voulions réfléchir à comment soutenir les organisateurs du rallye de Monte Carlo tout en conjuguant sport automobile et préservation de l’environnement. » La réflexion fait boule de neige et ce sont plus de 30 entreprises locales qui deviennent partenaires, se mobilisant financièrement pour mener plusieurs actions durant le dernier rallye, côté spectateurs. « Car si les retombées économiques du rallye sont énormes au cours d’un mois comme celui de janvier, nous voulions aussi sensibiliser le public à la préservation de l’environnement, poursuit Marc Durand. Le rallye de Monte Carlo est un évènement exceptionnel en termes d’images pour le département. »

Plus de 2 000 poubelles

seront installées sur le parcours afin que le public ne jette plus rien n’importe où. Un travail avec l’association de réinsertion, Lacs Rivières et Sentiers, et leur quinzaine de salariés sera entrepris pour nettoyer, collecter les déchets et les poubelles et remettre en état les lieux des spéciales, travail qui rejaillissait avant sur les municipalités. Et enfin pour compenser les effets de CO2 émis durant le rallye l’association se lance dans de savants calculs pour arriver au chiffre de 665 arbres à planter. 665 essences offertes gracieusement par les Pépinières Robin de St Laurent du Cros !

Pourquoi 665 arbres ?

Après plusieurs contacts avec la direction régionale de l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie, l’association se rapproche également des organismes agréés dans le système de compensation volontaire tels, CO2 Solidaire, Climat Mundi ou Action Carbone, afin de réaliser le calcul le plus juste. Il semble que la démarche ait surpris !… 3 modèles de calculs différents plus loin, sachant que 65 véhicules disputaient le rallye de Monte Carlo et que leur consommation varie de 30 à 60 L/100 km et qu’il y a eu 305 km de spéciales courues sur les 2 départements alpins, le résultat obtenu fut le suivant : 23,3 T de CO2 rejetées soit, par voiture 1 175 g de CO2 au km ! A ce stade 2 solutions s’offraient à l’association :

  • Une compensation financière à s’acquitter auprès d’ONG sur la base d’une Charte édifiée par l’Ademe. Mais chaque ONG fixe le prix qu’elle souhaite… entre 15 et 24 €/T CO2….
  • Ou… une plantation locale de jeunes plants. Sachant que chaque arbre, selon son essence, va stocker entre 10 et 50 kg/an de CO2, ce qui fait une moyenne de 35 kg/an, il a été possible de calculer le nombre de plants souhaitables : 23 300 kg : 35 = 665 arbres !

Suite à l’exposé le Commissaire Général de L’Automobile Club de Monte Carlo
avouait : « Le mode de calcul est sidérant ! La force des maths est impitoyable ! Je n’ai à
y opposer qu’un merci collectif pour cette opération… »

3 communes ont été choisies pour bénéficier de cette mesure compensatoire :

  • La Bâtie Neuve, dont le Maire et conseiller départemental, Joël Bonnafoux, dira : « Le rallye traverse la forêt du Sapet, on plantera donc dans ce secteur-là. »
  • St-Léger les Mélèzes, dont le Maire, Gérald Martinez, remerciait vivement l’association « pour les actions menées en direction de l’information, de la préservation, du nettoyage et de la compensation. »
  • Et enfin Aubessagne, commune nouvelle dont le maire, Richard Achin, avouait tout en remerciant les Pépinières Robin pour leur don : « Nous avons été tout de suite intéressé par cette initiative ! Nos arbres serviront à réhabiliter une ancienne décharge ; ils vont ramener la nature sur ce site. »

Jean-Marie Bernard, Président du Département, avait le mot de la fin : « Je veux réaffirmer que les Hautes-Alpes sont passionnées par le sport automobile et qu’il est à faire perdurer et à développer. Cette idée pour l’environnement, je regrette de ne pas l’avoir eue moi-même !… Cela va permettre de faire comprendre à une certaine frange de la population, plutôt opposée à ce type de manifestation, que sport automobile et environnement peuvent cohabiter. Et peut-être que l’an prochain on plantera dans le Dévoluy ?!… »

Un article écrit par Claudine Usclat et paru dans Alpes & Midi.

2019-01-02T16:24:58+00:00